lemouvementassociatif-centre.org
Image default

Faire garder son enfant, combien ça coûte ? 

Tant que votre enfant n’a pas fait sa rentrée à la maternelle, il faut pouvoir le faire garder. Crèches, garderie, assistantes maternelles, Touslesbudgets a dressé pour vous la liste des possibilités et leur prix.

La France compte 2,1 millions d’enfants de moins de trois ans. 61% des parents les gardent eux-mêmes ou se font aider par leur famille. Mais pour ceux qui n’ont pas les grands-parents disponibles ou qui ne peuvent pas adapter leur emploi du temps, il faut bien que quelqu’un s’occupe de bébé pendant la journée.

Plusieurs systèmes de garde existent, avec des prix variables qui dépendent des revenus des parents et du nombre d’enfants qu’ils ont. Sur le site de la Caisse d’allocations familiales (CAF), un simulateur vous aide à calculer le coût exact de la garde de votre enfant selon les ressources du foyer. Une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) évaluait, en 2013, à 411 euros en moyenne la dépense d’une famille pour garder son enfant 137 heures par mois. Les aides sociales et fiscales allégeant la facture, la dépense moyenne finale serait de 187 euros. Petit tour d’horizon des différents modes de garde.

La crèche collective ou associative

C’est le mode de garde le plus connu. Avant même la naissance du petit, les parents font une demande auprès de leur commune pour avoir une place en crèche. Dans cet établissement, l’enfant est gardé avec 15 à 60 autres bambins. Ils sont surveillés par des professionnels de la petite enfance. Ces crèches sont subventionnées par les services de la collectivité et la CAF. Elles respectent des horaires stricts et refusent les enfants malades, pour éviter la contamination.

Le tarif varie selon les revenus, entre 100 et 600 euros par mois, la moyenne étant de 400 euros. Il est fixé par la CAF, il n’y a donc pas d’aides supplémentaires de cet organisme. N’oubliez pas de prendre en compte que la crèche est éligible au crédit d’impôt jusqu’à 1 150 euros.

Les micro-crèches, qui sont privées, ont les mêmes caractéristiques qu’une crèche collective mais ne peuvent accueillir que dix enfants au maximum. Les horaires y sont plus flexibles et les prix parfois plus élevés, néanmoins, si elles sont conventionnées par la CAF, elles peuvent proposer les mêmes tarifs qu’une crèche publique. Les places y sont rares.

La crèche familiale

Les enfants sont emmenés directement chez l’assistante maternelle qui en garde un à quatre. Cette dernière est une employée de la commune et travaille avec un responsable de crèche qui assure le suivi. Une à deux fois par semaine, les enfants se rendent avec leur assistante maternelle dans les locaux de la crèche familiale pour participer à des activités pédagogiques avec les autres enfants.

Comme c’est encadré, les congés sont répartis entre les différentes assistantes des crèches familiales ce qui permet d’avoir une personne pour garder ses enfants presque toute l’année. La participation familiale est calculée en fonction des revenus et du nombre d’heures de garde : entre 100 et 600 euros mensuels.

La crèche parentale

Cette crèche est gérée par un collectif de parents réunis sous forme d’association. Elle peut accueillir jusqu’à 25 enfants. Selon l’organisation de la structure, tous les parents doivent plus ou moins s’investir. Certaines crèches leur demandent de rester sur place une demi-journée ou une journée par semaine, d’autres de préparer les petits pots. Les parents travaillent avec des professionnels de la petite enfance.
La structure est gérée par une association qui bénéficie d’un financement de la CAF. Les tarifs sont fixés en fonction de vos ressources et de la composition de la famille. Comptez entre 160 et 345 euros par mois.

La crèche d’entreprise et crèche inter-entreprises

C’ est un moyen idéal de concilier vie professionnelle et vie de famille. Certains employeurs proposent de garder les enfants sur le lieu de travail. La crèche d’entreprise peut être subventionnée par la CAF, les prix sont alors identiques à ceux de la crèche publique. Les crèches inter-entreprises sont partagées entre les employés de plusieurs sociétés. Elles peuvent accueillir jusqu’à 60 enfants.
La crèche privée

Les entreprises comme Babilou, La Maison Bleue ou Les petits chaperons rouges, sont des crèches privées, tout comme les crèches d’entreprises ou certaines crèches associatives ou micro-crèches. Dans les endroits où les places en crèches publiques manquent, les entreprises de crèches peuvent gérer les gardes d’enfants pour le compte de la collectivité. En fonction de leurs statuts et conventions, les crèches privées s’adaptent aux tarifs de la CAF ou proposent leurs propres tarifs.

Les assistantes maternelles

Comme pour la crèche familiale, l’assistante maternelle garde un à quatre enfants chez elle. La différence étant qu’elle est une employée privée et n’a pas à se rendre deux fois par semaine dans une crèche collective. Les parents sont les employeurs. Les tarifs varient beaucoup, de 1,4 à 3,7 euros de l’heure, selon le lieu et les horaires.

La garde à domicile

C’est la méthode la plus pratique mais l’une des plus coûteuses également : une personne vient garder votre enfant chez vous. Pour 116 heures par mois, il faut comptez, en moyenne, 317 euros après déduction des aides, soit 2,7 euros par heure. Les parents doivent établir un contrat de travail. Une alternative consiste à mettre en place une garde partagée : une nounou pour deux familles. L’enfant est gardé alternativement dans l’une ou l’autre famille et les frais liés à l’embauche sont partagés.

Le partage de garde entre parents

Pour les gardes ponctuelles, en soirée ou le week-end, l’appel à une baby-sitter peut coûter cher. Comptez environ 50 euros pour une soirée. Pour économiser sur le budget nounou, des parents décident d’échanger des heures de garde. Des sites comme Parentspresdechezvous permettent de localiser les parents les plus proches qui sont prêts à échanger des heures de garde gratuitement. Tout comme Happysharint, Parent-solo ou TrocTaGarde.

La halte-garderie

Pour les enfants de trois à six ans, la halte-garderie permet de dépanner quelques heures ou demi-journées par semaine (trois maximum). Les enfants sont pris en charge par une éducatrice spécialisée et des auxiliaires de puériculture. Comme en crèche, il peut au maximum y avoir 60 bambins en même temps. Encore une fois, le prix de la halte-garderie dépend des revenus des parents, de un à cinq euros l’heure avant réduction d’impôts.

*Chiffre de l’Observatoire national de la petite enfance janvier 2015

A lire aussi

« Étudier en France coûte trop cher »

Irene

Comment IKEA est devenu un leader de l’ameublement en France

Irene

3 conseils pour manifester sa foi en Dieu

Honorine

« L’argent est le reflet des rapports de force qui existent entre les sexes »

Irene

« Le don pour être utile à la société »

Irene

Le business de l’OM à l’épreuve du terrain

Irene