lemouvementassociatif-centre.org
Image default

Les Français sont-ils radins ?

Touslesbudgets.com : C’est quoi, être radin ?

Valérie Dewerte : C’est décider qu’aller chercher le bon prix est plus important que de consommer sans se poser de questions. C’est une tendance liée à la mutation de la consommation : on se gratte le cerveau avant d’acheter, on réfléchi à la portée de sa consommation. On parle d’un art de vivre qui s’est totalement décomplexé. D’ailleurs la radinerie n’est pas forcément liée aux revenus.

TLB : Mais les Français ne sont-ils pas simplement économes ?

V.D. : C’est la même chose, ce n’est qu’une question de sémantique. Les Français sont plutôt radins mais préfèrent que l’on dise qu’ils sont économes. Chercher le meilleur prix est un sport national dans les pays anglo-saxons, mais en France on s’y met aussi. Pour preuve, la communauté compte 2,7 millions d’internautes. Leur nombre a triplé depuis quatre ou cinq ans.

TLB : Le radin d’aujourd’hui est-il différent du radin d’hier ?

V.D. : Avant, les gens en difficulté financière étaient surtout des retraités, qui avaient le temps de chercher des bons plans. Aujourd’hui, toute une partie des classes moyennes est en difficulté et n’a pas l’habitude d’aller grappiller. Elle n’a pas été éduquée aux promotions, aux bons plans. Ces gens sont arrivés depuis peu sur Radins.com car leur porte-monnaie ne leur permet plus de faire autrement.

TLB : Qu’est-ce qui a insufflé ce changement ?

V.D. : Rappelez-vous des « prix choc », il y a quelques années : on était floués car on nous faisait croire que parce qu’il y avait vingt yaourts, on payait moins cher. Face à cela, les consommateurs ont commencé à se demander pourquoi, finalement, ils ne profiteraient pas eux aussi du marketing. Et puis la crise est arrivée, alors on a spontanément cherché des remises. On a aussi vu s’opérer depuis environ quatre ans une mutation de la consommation vers le collaboratif, et Internet permet une large diffusion de cette pédagogie de l’achat moins cher. Les codes promotionnels deviennent tellement simples d’utilisation que l’on s’en sert plus régulièrement.

TLB : Quel est le profil-type du radin ?

V.D. : Ce serait une radine, sans aucun doute. Une femme de 38 ans, issue des classes moyennes, qui est active, moderne et connectée, et qui achète aussi bien sur Internet qu’en magasin. C’est surtout une prescriptrice d’achats dans son foyer. C’est pour cela qu’elle peut également être une mère isolée qui gère tout toute seule.

TLB : Sur quoi radine-t-on le plus ?

V.D. : En France, on coupe très clairement dans le budget santé, surtout sur les soins optiques et dentaires. Pour ce qu’il en est du site, au regard de l’utilisation des codes promotionnels et des bons plans, on voit que les loisirs sont aussi réduits, qu’il s’agisse des voyages ou du cinéma. Les codes et les bons de réduction sont le plus utilisés pour l’équipement de la personne (vêtements, beauté et soin), car il y a une offre énorme et il y a un côté plaisant à avoir fait une bonne affaire. C’est un double plaisir. On les utilise également beaucoup pour l’alimentaire via Internet -en drive notamment- et pour le Hi-Tech.

Propos recueillis par

*sondage en ligne Poupleo.com/LH2 réalisé du 7 au 12 février 2014 auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de l’interviewé, après stratification par région.

© pixarno – Fotolia.com

A lire aussi

Quatre astuces pour bien cuisiner sans se ruiner

Irene

Commerce : la technologie pour faire revenir les clients

Irene

L’apport des parents, nécessaire pour l’achat des jeunes

Irene

Stéphanie, habite avec son ex : « Nous n’avons pas eu le choix »

Irene

Le train, leur pain quotidien

Irene

Le cancer, un coup dur aussi pour les finances

Irene