lemouvementassociatif-centre.org
Image default

Réviser le bac : un investissement pour l’avenir

Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), la France est le premier marché de soutien scolaire privé dans l’Union européenne avec, en 2011, un volume d’affaires de 2,2 milliards d’euros.

Les cours à domicile «au noir» représenteraient entre 80 et 85% du soutien scolaire

Grâce au bouche-à-oreille ou à une petite annonce, l’immense majorité des cours particuliers sont donnés « au noir » par des étudiants ou des enseignants à la recherche d’un revenu complémentaire. Pour les parents, qui restent les principaux payeurs pour tout ce qui concerne les études, le choix est vite fait, avec des tarifs souvent 50% moins élevés que les sociétés spécialisées.
Jeune professeur de mathématiques au collège, Fabrice donne des cours et explique : « Je donnais déjà des cours à domicile au noir quand j’étais étudiant. Cette année, j’ai un élève en terminale S et une autre en troisième. Mon tarif est unique : 25 euros de l’heure. C’est donc un complément de revenu important pour moi ».

44,50 € l’heure chez le leader Acadomia

Face à ces pratiques, quelques entreprises privées se partagent le reste du marché. Les trois principaux organismes de soutien scolaire sont Acadomia (le leader), Complétude et les cours Legendre. Les familles clientes de ces organismes bénéficient d’une déduction d’impôt dans le cadre du Plan Borloo concernant les services à la personne (2005). Chez Acadomia, on estime que les familles « effectuent en moyenne 42 heures par an et dépensent entre 1 000 et 1 500 euros ». Chez le leader, il faut en effet compter 44,50 € l’heure + 29 € par mois de frais de dossier. Il est par ailleurs obligatoire de prendre un package de 20 heures au minimum.

Pour préparer son bac, les annales restent privilégiées

Les traditionnelles annales du bac, chez Hatier (leader du marché avec des ventes comprises autour des 500 000 exemplaires par an) et Nathan sont les plus connues du marché. Généralement comprises entre 5 et 15 euros selon les éditeurs et les modèles, les annabacs connaissent année après année un important succès.
Mais il n’y a pas que des livres et des fiches papier pour réviser le bac. Le numérique est également à l’honneur et les éditeurs savent en profiter. Depuis quelques années en effet, l’offre d’applications sur smartphones et tablettes aidant aux révisions se fait plus nombreuse.

Une offre numérique qui se développe à tous les tarifs

Ainsi, Hachette propose avec Revise Bac une approche ludique des révisions, avec statistiques de progression et mode défi en temps limité pour 1,59 euros. Les éditions Bordas déclinent désormais leurs fiches de révision également en applications iPhone (0,79 euros). Pour les éditeurs, l’offre numérique doit cependant être vue comme un complément à l’offre écrite (Annales, cours..) qu’ils proposent.
Cette année, c’est le magazine l’Etudiant qui innove en proposant plusieurs applications de révision « Bac 2014 » complètes et gratuites, entièrement élaborées par des enseignants. On y retrouve l’essentiel des cours, des quizz, un coaching matière par matière, des vidéos… Certains éditeurs comme DigiSchool, Rue des écoles ou encore Nomad Education se sont également spécialisés dans les applications de révision et proposent gratuitement des centaines de fiches de révision.

 

>> Vos témoignages en vidéo :

A lire aussi

Jardins partagés, mode d’emploi

Irene

Pouvoir d’achat : les consommateurs vers de nouveaux arbitrages

Irene

Du bureau au frigo, l’impact de notre quotidien sur le climat

Irene

Moins chère, la vie à l’étranger séduit nos retraités

Irene

A Marseille, la culture est capitale

Irene

Ces applications pour faire baisser son budget essence

Irene