lemouvementassociatif-centre.org
Image default

Guillaume, des vacances en mer pour 585 euros

A l’heure des départs en vacances d’été, Touslesbudgets.com dresse le portrait de différents voyageurs. A chacun son budget et ses envies. Cette semaine c’est Guillaume, 24 ans, qui part seul faire du catamaran en Bretagne et qui nous détaille son programme.

Au sud du Finistère se trouve l’archipel des Glénan, quatre îles dignes d’une carte postale. « On dirait l’eau turquoise des Caraïbes sauf au niveau de la température », plaisante Guillaume, habitué des lieux puisqu’il s’y rendra cet été pour la septième fois. Cet archipel abrite l’école de voile « Les Glénans », la plus célèbre de France. Pendant les vacances, on peut y pratiquer des stages de kitesurf, windsurf, catamaran, dériveur et kayak de mer pour tous les niveaux à partir de 12 ans et sans limite d’âge.

Pour ses vacances sportives cet été, le jeune homme de 24 ans partira la dernière semaine d’août en stage de catamaran. « La semaine est à 585 euros auxquels s’ajoutent 34 euros de cotisation à l’association Les Glénans et j’ai aussi pris une assurance annulation, au cas où, à 16 euros », détaille-t-il. L’école de voile étant située sur l’île déserte de Drénec, une fois sur place, tout est compris dans le prix du stage : « Le logement en tente militaire de 6 à 8 personnes, trois repas par jour avec du vin le soir et même un goûter », précise Guillaume.

Les tarifs des stages varient selon la durée, le sport choisi et la saison. En ce qui concerne ceux qui incluent l’hébergement au centre nautique sur l’île, « il y a toujours une journée dans la semaine où tu es de bordée, c’est-à-dire que tu fais le ménage et le service, c’est le côté associatif et vie en communauté », explique ce contrôleur de gestion.

Transport et matériel, trouver les bons plans

Encore faut-il choisir comment se rendre en Bretagne. Pour l’instant Guillaume, qui a réservé son stage le 28 juin, n’a pas encore pris sa décision. « Cela dépendra si je pars d’Angers où vit ma famille ou de Paris où je travaille », présente-t-il. Dans le premier cas, il s’y rendra en covoiturage, sinon en train. Et de préciser : « Si je prends le train je demanderai un billet SNCF annuel à mon entreprise, cela donne droit à 25% de réduction sur le billet voire 50% si je le paye avec des chèques vacances ». Guillaume travaille pour un commissionnaire de transport et touche 2 300 euros net par mois.

Une navette au départ de Concarneau est mise à la disposition des touristes à 25 euros l’aller-retour pour se rendre sur l’île.

Autre poste de dépenses à prendre en compte dans ces vacances sportives, le matériel. Mais pour Guillaume ce n’est pas un souci, « comme j’y suis déjà allé l’année dernière j’ai mon propre matériel : une combinaison, un lycra pour mettre en dessous, un ciré, des gants et des chaussons, j’emprunterai peut-être une ceinture trapèze à mon frère ».

Et pour se faire plaisir après une journée intense de voile, il prévoit « 50 euros d’extra car sur l’île il y a le bar de l’association où l’on peut acheter des bières et du cidre ». Ne reste plus qu’à lui souhaiter bon vent, avec une météo favorable pour sa semaine.

Marine Couderette – ©Pictures news – Fotolia.com

A lire aussi

Pouvoir d’achat : les consommateurs vers de nouveaux arbitrages

Irene

« Le covoiturage, une réaction de bon sens »

Irene

Budget rentrée : « la crise modifie les comportements d’achat »

Irene

Accoucher, combien ça coûte ?

Irene

Mincir coûte que coûte ?

Irene

Célibataires, plus chère la vie ?

Irene