lemouvementassociatif-centre.org
Image default

5 alternatives insolites pour devenir propriétaire

Acheter un logement est un projet cher aux Français. Ils sont 33 % à avoir l’intention de devenir propriétaires d’une résidence principale entre 2015 et 2020*. Pour ceux qui ne trouvent pas leur bonheur dans les offres de maisons et d’appartements, Touslesbudgets.com propose quelques alternatives.

Un souplex pour plus d’espace

Le souplex est un logement en rez-de-chaussée comprenant une cave aménagée. Ainsi, vous obtenez un appartement plus grand et moins cher. Comptez en moyenne des décotes de 30 à 50 %, avant travaux, par rapport aux logements d’un même quartier selon les spécialistes de l’immobilier.

Attention à bien se renseigner au préalable, les travaux sont assez conséquents et il faut obtenir un permis de construire ainsi qu’une validation de la copropriété. Certaines régions n’autorisent pas la construction de souplex dans leur Plan Local d’Urbanisme (PLU), l’Alsace par exemple.

Pour être habitable, le sous-sol doit être bien isolé et étanche, son plafond ne peut faire moins de 1,80 mètre de hauteur et il faut impérativement une fenêtre au minimum.

Un local commercial pour une surface économique

Pour les plus imaginatifs, une autre option existe, acheter un local commercial vide et y aménager son lieu de vie. Un petit commerce ou un entrepôt peut faire office de logement. Les anciens bâtiments commerciaux sont vendus 15 à 40 % moins chers que les logements classiques. A cela s’ajoute le prix de travaux d’aménagements assez importants avec, par exemple, la construction d’une salle de bain ou d’une cuisine. Il est nécessaire de bien vérifier que le local est raccordé aux réseaux collectifs, autrement cela engendre des coûts supplémentaires.

Depuis une dizaine d’années les démarches administratives dans ce cadre ont été simplifiées. Encore une fois, il faut tout de même se renseigner auprès de la mairie quant aux règles locales d’urbanisme ainsi qu’auprès de la copropriété. Dans certains cas il faudra demander un permis de construire.

La péniche pour une vie en plein air

Pour les amoureux du grand air et de la nature, la vie sur une péniche peut être attirante. Pour ce type d’habitation, le prix varie beaucoup en fonction de l’emplacement. En province, une péniche coûte jusqu’à 40 % moins cher qu’un logement traditionnel tandis qu’à Paris, la péniche et son emplacement peuvent valoir plus qu’un appartement classique. Comptez entre 50 000 et 500 000 euros pour devenir propriétaire d’une péniche de 150 mètres carrés en province contre, minimum, 900 000 euros à Paris.
En plus du prix du bateau, les coûts annexes sont nombreux. L’entretien est plus régulier que dans une habitation classique. En plus des taxes habituelles (foncière et habitation) s’ajoute la taxe fluviale. Les assurances peuvent être élevées (de 500 à 2 000 euros par an) ainsi que les frais d’amarrage (entre 100 et 900 euros par mois).

La tiny house pour un mode de vie écologique

Concept importé des Etats-Unis, la tiny house est une très petite maison en bois, souvent sur roues. Pour les plus manuels, construire toute sa maison de 14 m2 revient à moins de 20 000 euros. Et pour les autres, comptez entre 25 000 et 42 500 euros en fonction de la taille et des équipements.

Les prix sont attractifs mais encore faut-il avoir un emplacement où l’installation est légale. Bien que le cadre juridique de la tiny house soit encore flou, la plupart des mairies leur applique les mêmes conditions qu’aux caravanes et mobile-home (voir dernière puce).

Cette maisonnette à l’avantage de pouvoir être déplacée mais, n’étant pas homologuée comme une caravane, elle nécessite un permis de conduire spécifique (BE). Equipée de panneaux solaires elle peut être tout à fait autonome en énergie. Attention à ne pas dépasser le poids maximal de 3,5 tonnes et la taille de 2,55 mètres de large et 4,30 mètres de haut.

La maison-conteneur pour sa rapidité et sa simplicité

Facile et rapide, la solution conteneur convainc de plus en plus. Quatre mois sont nécessaires en moyenne pour construire une maison conteneur dont deux mois de démarches administratives pour obtenir un permis de construire (contre environ un an au total pour une maison). Mais la maison-conteneur est surtout économique : entre 15 et 20 % moins chère qu’une maison classique selon les spécialistes, environ 1 000 euros le mètre carré.

Un conteneur neuf coûte environ 3 600 euros et un d’occasion environ 1 200 euros. Comme les yourtes ou les tiny houses, ce type de maison est particulièrement propice aux économies d’énergies avec une orientation facile, un chauffage peu énergivore. Enfin le conteneur est étanche, il ne nécessite donc pas de coûts supplémentaires à ce niveau.

Les habitations mobiles et légères pour plus de liberté

Environ un million de personnes en France vivent à l’année dans une habitation mobile, une résidence démontable à tout moment. Si vous possédez un terrain pourquoi ne pas y installer un mobile home (entre 20 000 et 50 000 euros), une yourte (de 3 000 à 25 000 euros) ou un tipi (entre 200 et 2 500 euros) ?

Depuis 2014, la loi ALUR a précisé le cadre juridique de l’habitat léger et mobile. Notamment sur l’aménagement du terrain. Il est possible d’entreposer son habitat mobile sur le terrain où se trouve son logement principal pendant trois mois sans aucune formalité. Au-delà, il est nécessaire de demander en amont un permis à sa mairie ou sa préfecture pour aménager et garder sa place de stationnement. Le terrain est soumis aux règles immobilières classiques en ce qui concerne les raccordements à l’électricité, l’eau et les règles d’assainissement.

A lire aussi

Piscine : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Irene

« Nous avons réinventé l’échange de maisons »

Irene

La maison en bois gagne du terrain

Irene

Comment bien faire construire sa maison

Irene

5 choses à savoir pour donner un coup de neuf à sa cuisine

Irene

HomeExchange : « Nous avons réinventé l’échange de maisons »

Irene