lemouvementassociatif-centre.org
Image default

La maison en bois gagne du terrain

Le marché de la maison individuelle en bois connaît une lente mais régulière augmentation. Selon le cabinet d’études Xerfi, entre 13 et 15% des logements individuels construits en France seront des maisons en bois à l’horizon 2015. Un secteur encore marginal en France mais qui, à force d’évolution, commence à trouver son public.

12% du marché de la maison individuelle

Au-delà du chalet, la maison individuelle en bois « est de plus en plus prisée », explique Loïc de Saint-Quentin, secrétaire général du syndicat professionnel Arcobois, qui regroupe quelque 140 professionnels du secteur. Lequel précise que la maison en bois est passée « de 2.5% de parts de marché de la maison individuelle dans les années 1990 à 12% en 2012 ». En comparaison, le chiffre atteint 30% en Allemagne (19% en Europe, selon le site iti-habitat.com). Un seul bémol à cette constante en 2008-2009, où la crise a entraîné une baisse de 8% d’un marché où 56% du bois utilisé est d’origine française.

A la revente, la maison individuelle en bois commence à trouver son public. Car aux débuts du marché, « elles étaient très personnelles et ne plaisaient pas à tout le monde, se rappelle Loïc de Saint-Quentin. Aujourd’hui, les maisons classiques se revendent aussi bien voire mieux que les maisons traditionnelles ». Les professionnels espèrent également que les effets de la crise s’estomperont d’ici un ou deux ans, et que « le marché sera de nouveau en croissance, car l’écologie va redevenir un sujet essentiel ». Il y aurait, selon le site spécialisé annonce-maisonbois.com entre « 100 et 200 000 maisons en bois en vente » sur le marché français. Ce sont 20 000 maisons en bois qui se sont vendues en 2011 en France selon le cabinet Xerfi, lequel table sur un rythme de construction de 22 000 unités par an à compter de 2014.

« Halte aux préjugés ! »

Pour vanter les mérites de la maison en bois, désormais « compétitive » face à la maison traditionnelle, les professionnels mettent notamment en avant le confort, la rapidité de construction et la qualité architecturale. Selon eux, avec des idées et une bon architecte, « on peut faire beaucoup de choses ». Pourtant, cette flexibilité a autant apporté à la maison en bois qu’elle l’a desservie. « On a longtemps dit que c’était plus cher car auparavant, sur le marché, il n’y avait que du milieu et du haut de gamme car les maisons étaient souvent construites dans le cadre d’un contrat avec un architecte », rappelle ainsi Arcobois. Entre autres arguments écologiques, la maison en bois doit toujours faire face aux critiques liées à sa solidité, sa sécurité ou son prix. « Halte aux préjugés, répond Alexandre, propriétaire du site annonce-maisonbois.com.

Avec la crise, l’écologie (l’un des points forts de la maison en bois, ndlr) est passée au second plan et la maison en bois conserve une image de surcoût de construction qui lui colle à la peau (de 10 à 20% en plus qu’une maison traditionnelle, ndlr). On pense aussi encore que la maison en bois s’enflamme comme une boîte de chaussure. Or elle se consume plus longtemps qu’une maison en maçonnerie ». Le prix aussi fait encore hésiter les acheteurs. On admet tout de même du coté d’Arcobois que la maison en bois reste « un peu plus chère » que la maison traditionnelle. Un surplus -en partie- compensé par « la possibilité pour le particulier de faire des économies d’énergie », notamment sur le chauffage où la maison bois serait « très bien placée » par rapport à ses concurrentes.

A noter enfin le succès des maisons à ossature bois principalement en Bretagne et dans le sud-ouest, « où l’utilisation du bois est plus dans les mœurs, selon le site annonce-maisonbois.com. En revanche, il y a des régions où c’est plus compliqué, comme la Côte d’Azur, en raison de la réglementation locale sur la couleur des façades ».

Environ 1 000 euros le mètre carré

Le prix du mètre carré habitable varie en fonction de la taille et du style de la maison. De quoi, selon les professionnels, la rendre compétitive face à ses concurrentes. « Tout dépend de ce que l’on veut, une Clio ou une Ferrari, explique Loïc de Saint-Quentin. L’entrée de gamme tourne autour de 1 200 à 1 300 euros le mètre carré. Les maisons simples en bois sont devenues abordables ». Les prix démarrent même à 800 voire 500 euros le mètre carré selon annonce-maisonbois.com. Du coté de « l’occasion », « les maisons en bois ne se déprécient pas, poursuit-on du coté du site. On a des maisons à plus de 500 000 euros ». Le portail une-maison-en-bois.fr donne lui un ordre d’idée : pour une maison de 180 m² habitables, comptez entre 79 000 et 124 000 euros, suivant qu’elle soit à monter soi-même ou par le constructeur.

Touslesbudgets.com

Illustration Wikimedia – FrançoisFC

A lire aussi

HomeExchange : « Nous avons réinventé l’échange de maisons »

Irene

5 choses à savoir pour donner un coup de neuf à sa cuisine

Irene

5 alternatives insolites pour devenir propriétaire

Irene

Piscine : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Irene

« Nous avons réinventé l’échange de maisons »

Irene

Comment bien faire construire sa maison

Irene