lemouvementassociatif-centre.org
Image default

Logement des seniors : les alternatives existent

L’alternative à la maison de retraite, pour les personnes autonomes, Clément Moreau y croit. Parti du constat « que 11,5 millions d’internautes ont plus de 55 ans », il a crée il y a un an le site logement-seniors.com, un portail présentant les différentes solutions autres que la maison de retraite. « Les gens n’ont que ça en tête et pas autre chose », regrette t-il. D’autant plus dommage, selon lui, que pour un retraité qui vit seul, « le plus gros poste de dépense est le logement, qui représente 25% du budget ». C’est ainsi que le site explique et propose des solutions en maison de retraite mais aussi en résidence seniors, colocation, famille d’accueil, services à domicile ou encore viager. Autant de possibilités pour les seniors aux finances insuffisantes de s’assurer une place en maison de retraite. « Toutes ces alternatives ne sont pas comparables, tempère Clément Moreau. Elles s’adressent chacune à une catégorie de personnes différente. Mais globalement, il y a de plus en plus de personnes seules en France et les gens ont de moins en moins de pouvoir d’achat ».

D’après l’Insee, 44% des 9 millions de Français vivant seuls sont âgés de plus de 60 ans. D’où l’émergence d’un marché « en plein développement », selon lui, encouragée par le coût moyen d’une place en maison de retraite (1 857 euros) ou en résidence seniors, « qui revient entre 800 et 2 000 euros par mois », selon le type de logement. Un luxe, sachant que 48% des retraités français vivraient avec moins de 964 euros par mois selon une enquête menée par la CFDT Retraités en début d’année.

Hébergement en famille d’accueil : environ 500 euros

En Normandie, Évelyne a choisi, comme c’est le cas de près de 8 000 foyers en France, d’accueillir une personne âgée chez elle. Elle vient d’obtenir l’agrément du Conseil général de la Manche pour ouvrir les portes de son F6 à deux seniors. Cette ancienne commerciale de 41 ans et son mari partageront donc désormais leur quotidien avec un senior. Ils ne seront que des « assistants de la vie courante », n’aidant que pour faire à manger ou encore laver le linge, entre autres. Une « gestion de la vie de famille » qui coûtera « au moins un Smic » au senior hébergé selon Évelyne, en fonction de l’état de santé de la personne. Cette dernière pourra bénéficier de différentes aides, notamment de l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa) à hauteur de 839 euros* (dans le cas d’un GIR 3, ceux qu’Évelyne souhaite accueillir dans un premier temps).

Une solution bienvenue pour des gens qui, selon elle, se tournent vers la famille d’accueil « parce qu’ils sont seuls et s’ennuient, précise t-elle. Un monsieur de 87 ans m’a contactée récemment en me disant qu’il préférait mourir que de passer un hiver seul comme l’an dernier ». De quoi, peut-être, satisfaire la demande de retraités à la recherche « de plus de confort, de sécurité et de logements davantage adaptés, en dépit des questions de moyens », rapporte Clément Moreau. Et le besoin n’ira qu’en grandissant : à en croire les projections de l’Insee, d’ici 2030, la population de plus de 60 ans devrait augmenter de 40% en France.

 

*Le montant de l’Apa varie de 28 à 1 305 euros, selon l’état de santé et de dépendance de la personne.

© Siberia – Fotolia.com

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

A lire aussi

5 astuces de grand-mère pour entretenir sa maison

Irene

Où va l’argent des radars ?

Irene

Les étudiants en manque de soins

Irene

L’aspirateur robot, un bon parti ?

Irene

Toussaint : quand Internet efface la distance

Irene

Le bus pour des vacances moins chères

Irene