lemouvementassociatif-centre.org
Image default

Le mobile relance le coupon de réduction

coupon de réductionBien connu des adeptes de bonnes affaires et des spécialistes du marketing, le coupon de réduction s’invite depuis quelques années sur nos smartphones. Son utilisation, devenue courante, touche un plus large public grâce au digital.

Tout le monde est content de faire des économies, notamment sur les produits du quotidien. D’où le succès des coupons de réduction utilisés en grande surface dont la valeur moyenne s’élevait à 87 centimes d’euros en 2014*. Un pack de yaourts offert pour un acheté, une réduction de 30% sur votre lot de pâtes, un euro remboursé sur le paquet de papier toilette… peu importe l’offre proposée, les coupons incitent à l’achat. Ils sont maintenant aussi présents sur smartphone. Un support qui plaît aux Français : 68% d’entre eux préfèrent les coupons digitaux aux classiques.

Une simplicité gage de succès

« L’avantage majeur, c’est que le smartphone est toujours disponible dans la poche, c’est pratique et facile à utiliser. Il n’y a pas besoin d’anticiper les achats », détaille Julien Thooris, directeur commercial de Shopmium, une appli de « promotions privées » lancée il y a quatre ans. Elle permet, juste en prenant une photo de son ticket de caisse, de bénéficier de réductions sur des produits précis à une période donnée. Le remboursement se fait directement sur son compte bancaire. Pas d’impression à réaliser, de courrier à envoyer ou de vignettes à découper sur les emballages.

Et cette simplicité fonctionne : « Le coupon est un véritable déclencheur d’achat, 48% des consommateurs déclarent avoir acheté grâce à un coupon de réduction digital », témoigne Rodolphe Bonnasse, directeur de l’agence CA COM et spécialiste de la distribution. L’expérience de Julien Thooris confirme ce succès des bons dématérialisés : « Il arrive que les personnes utilisent deux ou trois coupons pendant leurs courses », remarque-t-il.

Une aubaine pour les distributeurs

Pour les professionnels de la consommation, le coupon dématérialisé est devenu « un outil indispensable, facteur de performances considérables », selon les propos de Rodolphe Bonnasse. Entre 2012 et 2014, les enseignes ont multiplié par cinq le poids du numérique dans leurs émissions de coupons. « Aujourd’hui, le digital est la clé d’une communication promotionnelle dans l’instant. Il faut un média digital pour exprimer une bonne affaire à l’instant T, il permet aussi de personnaliser l’offre et de fidéliser le client », analyse le spécialiste. Pour preuve, 70% des consommateurs ont une meilleure impression des marchands qui pratiquent les bons de réduction.

Même son de cloche du côté de Shopmium : « Avec cette technologie on ramène de nouveaux consommateurs pour les marques. C’est un public complémentaire et cela permet de toucher différents profils », affirme son représentant. Le coupon digital touche un plus large public. « Nos abonnés sont majoritairement des femmes, plutôt jeunes, de 25 à 45 ans », précise Julien Thooris.

LIRE AUSSI >> La « ménagère de 50 ans » a bien évolué  

Sans pour autant impacter la cible des  adeptes du coupon classique : « Sur le public offline, on a une population marquée, plus promo sensible, avec des cartes de fidélité, du papier et des tickets de caisse », explique Rodolphe Bonnasse. Le directeur commercial de Shopmium confirme : « Le coupon papier reste historique, il ne fonctionne pas moins bien car on est toujours dans un contexte où tout le monde veut faire attention à ses achats ». Pas de concurrence donc, entre les deux supports.

Les coupons de réduction, digitaux ou non, ont les faveurs des consommateurs. En 2014, 92% des ménages français en ont utilisé au moins un en grande surface alimentaire. Et ce pour le plus grand bonheur des distributeurs et des marques ; la même année, 60% des utilisations de coupons étaient des achats d’impulsion.

Les « coupons-addict » américains

En France, l’utilisation de coupons par les consommateurs n’était pas gagnée. Ils étaient 39% à apprécier ce système contre 53% aux Etats-Unis, en février 2015**. « A l’inverse des Etats-Unis, la France est hypersensible sur les promotions mais c’est un pays sous-investi sur les coupons de réduction », constate Rodolphe Bonnasse, président de CA COM.

Les Américains sont, en effet, les champions du « couponing ». Près de la moitié s’adonne « avec fierté » à cette pratique lors de ses achats. Les « coupons-addict » ont même leur chaîne de télévision appelée « Extreme couponing ». S’ils restent consommateurs de papier avant tout -305 milliards de coupons émis par an- ils sont 74% à déclarer utiliser leur mobile pour des achats. Le m-couponing fédérait 35 millions d’utilisateurs américains en février 2015 (+ 30% par rapport à l’année précédente).

*Estimation du marché coupon France 2014 par HighCo Data

**Infographie de Bons-de-reduction.com (actuel code-promotionnel.com) réalisée avec CCM Benchmark Panel en février 2015

Marine Couderette – © Shopmium

A lire aussi

PS4 contre XBox One : la bataille est lancée

Irene

Le hard-discount dans le dur

Irene

Comment changer de fournisseur d’énergie

Irene

« La restauration rapide monte en gamme »

Irene

Commerce : le numérique progresse, le magasin résiste

Irene

Peux t-on faire de bonnes affaires au cours des foires aux vins organisées par la grande distribution ?

Irene