lemouvementassociatif-centre.org
Image default

Comment bien choisir son fournisseur d’énergie ?

Depuis la libéralisation du marché en 2007, les offres concurrentes aux tarifs réglementés de vente (TRV) d’électricité et de gaz se sont multipliées. Avec une bonne sélection, il est possible de réduire sa facture de 5 à 10%. Pour choisir au mieux son nouveau fournisseur d’énergie, Touslesbudgets.com a interrogé Gaël Duval, président fondateur de Jechange.fr, un comparateur indépendant d’offres en énergie et en télécoms.

S’informer le mieux possible

En premier lieu, il est indispensable de « s’informer sur les différentes offres présentes sur le marché », comme le souligne Gaël Duval.

Les prix doivent être étudiés de près « tant concernant la partie fixe du contrat, l’abonnement, que la partie variable, la consommation exprimée en kilowatt-heures ». Parmi les points importants, bien regarder s’il est question de tarif réglementé de vente (TRV), fixé et révisé par le gouvernement, ou de tarif de marché (aussi appelé libre ou commercial), librement choisi par les fournisseurs. Il est aussi intéressant de vérifier s’il est question de prix fixe ou de prix indexé.

Le client devra donc faire attention aux tarifs proposés mais pas seulement. L’expert conseille de regarder également « le service clientèle, les modes de paiement proposés, les frais en cas de retard de paiement… ».

Comparer les tarifs

Comme pour un produit classique ou un autre type d’abonnement, les offres d’énergie peuvent se comparer. En France, il existe onze fournisseurs d’électricité et sept fournisseurs de gaz, chacun propose plusieurs tarifs selon les besoins des clients. Pour se retrouver dans cette multitude d’offres. Gaël Duval recommande, « d’utiliser un comparateur d’offres d’énergie donnant d’emblée à son utilisateur une vision générale des prix pratiqués ». En toute logique, « il est essentiel de comparer des offres de nature similaire, offre à prix fixe contre une offre à prix fixe, une offre à prix indexé contre une offre à prix indexé… »

Faire attention aux « promos »

Les consommateurs sont peu informés sur l’énergie. Le spécialiste nous met en garde : « Les prix affichés peuvent être « trompeurs », notamment dans le cas de remises. Le pourcentage de réduction s’applique-t-il sur le prix de l’abonnement, de la consommation (le kilowatt-heure) ? Ce dernier est-il exprimé hors-taxes, ou bien TTC ? Attention également à l’argument d’une facturation unique chez le même fournisseur pour les deux énergies (gaz et électricité) ».

Certains fournisseurs proposent de coupler les offres d’électricité et de gaz. Là aussi, la prudence est de mise. « Dans certains cas, ce type de calculs est à éviter », conseille Gaël Duval, « la règle étant de se montrer vigilant sur le détail d’application de ces pourcentages de remise en fonction de chaque énergie ».

Evaluer ses besoins

Avec certains éléments tels que la taille de votre logement, l’énergie utilisée pour le chauffage, le nombre d’heures passées à domicile, il est possible d’estimer votre consommation en électricité et en gaz. Les fournisseurs proposent des simulateurs sur leurs sites.

Certaines options, comme l’option tarifaire sur les heures creuses pour l’électricité (le KWh est moins cher à certaines heures), peuvent se révéler intéressantes à condition d’avoir évalué vos besoins en énergie au préalable. « Il existe un seuil de rentabilité à partir duquel le tarif heure creuse devient économique, à comparer au tarif de base : la consommation d’électricité du foyer durant les heures creuses doit représenter plus du tiers de la consommation totale pour que cette option soit avantageuse », précise le spécialiste.

Se tourner vers le web ?

Selon les chiffres donnés par Gaël Duval, certaines offres en ligne seraient 10% moins chères que d’autres, mais cela implique un service dématérialisé. « Le client devra effectuer l’ensemble de ses démarches en ligne et ne pourra pas joindre par téléphone un conseiller du fournisseur d’énergie au besoin. Cela peut être, ou non, problématique, en fonction du degré de sensibilité au numérique de chacun », précise-t-il.

Faire jouer la concurrence

Une fois que le comparateur a listé les offres proposées et que vous avez sélectionné celles qui correspondent à vos besoins, il est possible de faire jouer la concurrence. Comme pour tous types d’abonnements, cela ne fonctionne pas systématiquement, tout dépend de votre interlocuteur ou de votre ancienneté en tant que client. Gaël Duval confirme : « Faire jouer la concurrence est possible, car quels que soient le fournisseur et le type d’offres, le client n’est jamais engagé et peut résilier à tout moment, sans pénalités, voire même revenir aux tarifs réglementés après les avoir quittés ».

Ne pas avoir peur de se lancer

« On estime que depuis 2007, environ 10% seulement des foyers français ont changé au moins une fois de fournisseur d’énergie », constate le président de Jechange.fr. Les utilisateurs privilégient les fournisseurs historiques, EDF pour l’électricité (90% des particuliers au premier trimestre 2015 d’après la CRE) et Engie pour le gaz (82% des particuliers sur la même période). Un choix justifié par une confiance dans les TRV et le manque d’informations sur les autres fournisseurs.

A noter que si les démarches administratives de changement sont simples, elles imposent des délais. « La prise en charge d’une résiliation est immédiate. Le changement se clôture dans un délai compris entre deux et trois semaines après que le client ait fourni ses relevés », complète Gaël Duval. En aucun cas le client ne se verra couper l’électricité ou le gaz pendant le changement.

Enfin, depuis 2010, la loi Nome permet aux consommateurs ayant souscrit un contrat pour une puissance électrique inférieure à 36 kVA (les particuliers), la possibilité, à tout moment de revenir aux tarifs réglementés.

A lire aussi

L’électricité va augmenter de 5% en août

Irene

Comment profiter des aides à la rénovation énergétique

Irene

Rien ne se perd, tout se partage ! Nouveaux modèles économiques

Irene

La cueillette en libre-service, une autre façon de faire son marché

Irene

Le hard-discount dans le dur

Irene

Supermarchés, grand écart sur les prix

Irene