lemouvementassociatif-centre.org
Image default

« Les usagers d’I-Phone consomment plus d’applications que les autres »

Il existe des applications mobiles pour tout ou presque et les Français, friands de smartphones, ne sont pas les derniers à s’en servir. Utilisateurs d’I-Phone en tête. C’est ce qui ressort de la dernière étude CCM Benchmark/NPA Conseil sur notre consommation d’applications mobiles. Xavier Campo, directeur du développement à la Factory NPA, en dévoile les principaux enseignements.

Touslesbudgets.com : Qu’est-ce que l’étude nous apprend sur la manière dont les Français utilisent les applications mobiles ?

Xavier Campo : Elle montre que leur consommation est plutôt raisonnable sur mobile ou tablette. Ainsi, 61% des personnes interrogées possèdent moins de trente applications sur ces deux types d’appareils. Pour autant, 6% des détenteurs d’un smartphone et 5% des possesseurs de tablettes sont de véritables « collectionneurs d’applications », avec plus de 100 applications sur leurs appareils. L’autre enseignement porte sur les usages : trois mobinautes sur quatre utilisent fréquemment -au moins une fois par semaine- moins de dix applications.

TLB : Pourquoi en télécharge-t-on ?

X.C. : Le smartphone a pris une place prépondérante dans notre quotidien et les applications sont un élément multiplicateur de cette présence. Elles apportent un supplément de valeur d’usage. Quant aux motivations de téléchargement, elles restent très variées : effet de mode, communication, pratique, information… Les fonctionnalités spécifiques au mobile participent aussi au développement de l’usage : par exemple, 72% des interviewés utilisent la géolocalisation.

TLB : Connaît-on le profil de leurs utilisateurs ?

X.C. : Les hommes en consomment plus que les femmes. Ils sont 27% à disposer de plus de cinquante applications sur leur smartphone, contre seulement 16% des femmes. De même, l’Iphone continue d’être le terminal le plus utilisé. 36% de ses possesseurs utilisent plus de dix applications par semaine, contre seulement 25% sur Android.

TLB : Ces « mobinautes » acceptent-ils de payer pour télécharger une application ?

X.C. : 32% d’entre eux ont déjà téléchargé des applications payantes -plus de la moitié chez les possesseurs d’Iphone-. Les acheteurs sont de plus grands consommateurs d’applications en général. Plus d’un tiers d’entre eux en possède plus de cinquante sur son smartphone. Parmi ces acheteurs d’applications, 60% disposent de moins de six applications payantes sur leur appareil. S’agissant des achats in-app (via une application, ndlr), pratiquement un quart des interviewés affirment y avoir déjà eu recours.

TLB : Quelle somme y consacre-t-on chaque mois ?

X.C. : En moyenne, on consacre trois euros par mois à l’achat d’applications. Pour autant, les mobinautes n’hésitent plus à dépenser des sommes importantes sur les stores d’applications : ils sont un tiers à avoir dépensé plus de cinq euros lors du dernier mois et on recense même une petite partie qui a dépensé plus de quarante euros.

TLB : L’étude montre que les possesseurs d’Iphone utilisent et achètent plus d’applications que les autres. Comment l’explique-t-on ?

X.C. : L’application est au cœur de l’écosystème Iphone : le store a été le principal argument de son lancement sur le marché et l’utilisation d’applications est largement reprise dans les communications. Cette démarche a définitivement placé l’Iphone au centre des usages d’applications. Sur l’achat, il est intéressant de constater que le catalogue disponible sur le store Apple propose une proportion plus importante d’applications payantes que son principal concurrent Google Play -50% contre 32%-.

TLB : Quels types d’applications marchent le mieux ?

X.C. : En citation spontanée, la plus populaire est Facebook. L’univers Google dans son ensemble -Gmail, Youtube, Google maps…- est ensuite cité par un mobinaute sur deux. En règle générale, celles qui sont le plus présentes à l’esprit bénéficient de la renommée d’une marque media ou d’un service déjà connu. L’intérêt des mobinautes se dirige ainsi d’abord vers les applications de communication -boite mail, chat…-, puis vers la météo, les photos et les cartes/GPS. Les jeux n’arrivent qu’en cinquième position juste devant les réseaux sociaux.

TLB : A-t-on pris l’habitude de réaliser des achats via une application mobile ?

X.C. : L’ordinateur reste encore le terminal de prédilection pour effectuer ses achats en ligne. Le mobile et surtout les tablettes sont cependant de plus en plus utilisées. Ainsi, 37% des multi-équipés affirment utiliser leur tablette pour acheter contre seulement 22% à partir de leur smartphone. Cependant, le mobile devrait prendre de plus en plus de place comme terminal utilisé pour le e-commerce. La proportion d’acheteurs depuis le mobile est de plus de 26% chez les moins de 35 ans, contre 17% pour les 35-54 et 13% pour les plus de 55 ans. Les couches les plus agées privilégiant quant à elles la tablette.

Propos recueillis par Benjamin Hay

*Rapport publié par InMobi en février 2014

Illustration Wikimedia Commons

A lire aussi

Ces objets high-tech à découvrir

Irene

Des sites et applis pour bien choisir son vin

Irene

Conso : six applis mobiles gratuites à posséder

Irene

Découvrez là huile de CBG et ses bienfaits

Emmanuel