lemouvementassociatif-centre.org
Image default

2 ours de moins ? 2 ours de plus ! | Le Mouvement Associatif Centre

Notez cet article


La bonne nouvelle concernant le « baby-boom » ursin dans les Pyrénées cette année (pas moins de 6 portées d’oursons ont été relevées !) ne doit pas faire oublier la mort, au cours du 1ersemestre de 2020, de deux ours adultes.

Le premier (nommé Cachou), un mâle âgé de 6 ans au patrimoine génétique précieux, a été retrouvé décédé le 9 avril sur la commune de Les, en Espagne. Un mois plus tard, la justice catalane annonçait que le rapport d’autopsie ne serait pas divulgué : il n’en fallait pas moins pour éveiller les soupçons de mort par empoisonnement…

Le second a été retrouvé tué par balles le 9 juin, en Ariège. Cet attentat contre une espèce protégée, passible de 3 ans de prison et de 150 000 € d’amende, a généré une onde de choc immense, partout en France. L’ASPAS fait partie des 20 associations à avoir déposé plainte.

Cachou aurait bien été empoisonné !

Alors que l’omerta continue de régner en Ariège, c’est un véritable coup de théâtre qui est survenu vendredi 20 novembre, révélé par la presse espagnole : un agent de l’environnement, chargé du suivi des ours, serait volontairement responsable de la mort de l’ours Cachou.

Si la thèse de l’empoisonnement est bien confirmée, l’ASPAS enjoint les autorités françaises et espagnoles de respecter les engagements du plan ours 2018-2028, qui stipule que tout ours « mort prématurément de cause anthropique » doit être remplacé.

Avec une cinquantaine d’individus, la population d’ours demeure très fragile en France. Pour mener à bien sa politique d’actions de la sauvegarde de la biodiversité, l’Etat serait bien avisé de suivre les recommandations des scientifiques, dont plusieurs études démontrent les bienfaits de la présence de grands prédateurs dans l’équilibre des milieux naturels.

Végétarien à plus de 80%, l’ours est finalement responsable de peu de prédations sur le bétail domestique*, d’autant que les solutions de protections des troupeaux existent et qu’ils sont efficaces. Encore faut-il accompagner davantage les éleveurs pour les mettre en place. La délégation ariégeoise de l’ASPAS enquête régulièrement sur le terrain pour faire un bilan de ces mesures et parler avec les éleveurs.

Contact presse : Alain Marek / delegation09@aspas-nature.org

* Le 16 novembre dernier, les associations membres de Cap Ours ont diffusé l’information selon laquelle les dégâts imputés à l’ours ont été très largement revus à la baisse pour l’année 2019, avec 562 animaux finalement indemnisés, contre 1173 annoncés lors du premier bilan…



Source link

A lire aussi

Quel modèle pour lancer son entreprise sociale ? | Le Mouvement Associatif Centre

adrien

Pour que vive la Nature ! Le guide pour agir de 14 ONG de protection de la Biodiversité

adrien

Au Mali, une cohésion sociale minée par les conflits | Le Mouvement Associatif Centre

adrien

Les produits laitiers, pas forcément les amis de la planète

adrien

La préfecture de Seine-Maritime en croisade contre les renards ! | Le Mouvement Associatif Centre

adrien

Les produits laitiers, des aliments simples à remplacer !

adrien